LOGO%20Outdoor%20Experts%20magPNG2_edite

Le magazine de l'économie des sports outdoor

Yuba garde une longueur d’avance



Acteur majeur de ce marché depuis sa création en 2006 en Californie, Yuba Bicyles a fait des vélos cargos (longtails et biporteurs) une solution de mobilité alternative. « Plus qu’un vélo et qu’un sport, c’est une bicyclette de transport qui élargit le champ de tous les possibles », assure Benjamin Sarrazin, leur créateur et dirigeant de Yuba. Depuis la commercialisation du premier modèle, cinq autres ont suivi. Après le vélo cargo musculaire, la version électrique lancée en 2012 a démocratisé son utilisation, le rendant plus accessible et aussi plus maniable au quotidien. Poids oblige puisqu’un vélo cargo Yuba pèse entre 25 et 30 kg, « soit 30 à 40 % plus lourds qu’un VAE classique à cause des renforts, des composants et des câbles », rappelle Benjamin Sarrazin.


La production est réalisée en Asie, et plus spécifiquement à Taïwan, où tout est centralisé. « Il est difficile de rapatrier la production en France quand l’ensemble des composants sont fabriqués en Asie, ce qui aurait des incidences inévitables dans la chaîne d’approvisionnement », argue le dirigeant. Pour la motorisation, le fabricant a opté pour des moteurs Bosch et Shimano.

Côté distribution, Yuba est essentiellement présent chez les détaillants indépendants et des réseaux comme Cyclable ou Ecox. « Nous avons une centaine de distributeurs en France, 250 au global en Europe, et 150 autres aux États-Unis », détaille Benjamin Sarrazin, qui, depuis 2018, a installé son siège Europe à La Balme de Thuy (12 salariés), près d’Annecy, avec son associé et directeur général Harald Marzolf. En 2021, Yuba table sur près de 3 500 vélos cargos vendus sur un marché national en forte croissance. « Ce produit connaît un véritable engouement parce qu’il a du sens ».

Son chiffres d’affaires consolidé grimpe à 15 millions d’euros, dont 8 M€ pour la France. Les longtails représentent 60 % des ventes, les vélos cargos 20 % et les accessoires 20 %. Sa stratégie repose sur l’amélioration de l’existant dans une logique de simplification et de durabilité. « Nous ne faisons pas la course à la nouveauté ». // PR