Le magazine de l'économie des sports outdoor

Skidress veut investir la plaine

La marque au logo hexagonal et tricolore, qui fête cette année ses 90 ans d'existence, souhaite s'implanter davantage dans les multimarques orientés sportswear.

De fait, si la marque Skidress est actuellement vendue dans 120 magasins en France, ils sont à 90 % situés en stations. A noter que la marque est aussi implantée en Norvège, en Suisse, en Italie et aux Etats-Unis. Bruno Martinier, qui a relancé la griffe en 2013 via sa société 19cent48, explique : « nous avons volontairement fait renaître la marque en montagne afin de lui redonner du galon et de la légitimité. Aujourd'hui, nous voulons l'installer à nouveau en plaine. Certains de nos produits sont très typés ski mais d'autres peuvent être portés en ville et cela répond à la demande des consommateurs qui veulent de plus en plus des pièces portables au quotidien ».


Skidress avait déjà introduit cet hiver une gamme après-ski qui va être renforcée pour la saison 2021-22. Elle met l'accent sur les produits de deuxième couche comme vestes, gilets, pulls, surchemises ou sweats en fine laine. Pour l'hiver prochain, la marque se recentre par ailleurs sur les best-sellers, comme le pull Trente-Quatre, en TecnoWool, qui combine les avantages du polyamide et d'une laine recyclée traitée sans chlore. D'une manière générale, Skidress privilégie en effet les matières produites le plus durablement possible, par exemple PrimaLoft Black Insulation Eco ou le polyester Newlife. Les tissus proviennent en majorité de France et d'Italie. Dessinées par un designer français, ses collections se caractérisent par leurs références aux codes de l'élégance des années 50 et 60.


Comme beaucoup d'autres fournisseurs, Skidress a été fortement touché par les mesures de confinement. « En avril, nous avions pris le risque de produire 100 % des ordres passés mais même si nous avons de très bons partenaires parmi nos clients, nous avons subi des réductions de commandes et des refus de livraisons. Début 2020, nos prises de commandes étaient en hausse de 40 % et nous terminons l'année avec une baisse de 20 % de notre chiffre d'affaires », confie Bruno Martinier, qui veut toutefois demeurer optimiste pour la saison d'hiver 2021-22.

// MB