Le magazine de l'économie des sports outdoor

Le commerce sport passe en mode drive

Plébiscité par les consommateurs pour leurs courses alimentaires, le drive a été adopté par certaines enseignes du réseau sport. Et permet de maintenir une activité tout en répondant aux besoins des clients.



Face à la crise sanitaire, le e-commerce et le drive apparaissent comme des solutions pour garder le lien entre les enseignes et leurs consommateurs, qui se sont déjà massivement tournés vers ces modes de distribution pour leurs courses du quotidien. Ainsi, selon une étude publiée par Nielsen le 22 avril 2020, les ventes en ligne représentaient près de 10 % du marché des produits de grande consommation (contre 6 % en 2019). Et plus de 80 % de la croissance était générée par le drive.

Alors que les Français se sont découvert une passion pour le jogging, le commerce sport ne pouvait guère continuer à faire l'impasse sur le drive. Depuis fin avril, plus de 200 magasins Décathlon proposent à leurs clients de retirer leurs commandes passées sur le site de e-commerce de l'enseigne grâce au « retrait sans contact en 48 h ». Ce nouveau service, réalisé dans le respect des mesures sanitaires pour les équipes volontaires, permet aux clients de venir chercher leur commande à l'extérieur du magasin. « Ce service, déjà plébiscité par nos clients, se poursuivra dans nos magasins au moment des réouvertures à partir du 11 mai 2020 », précise l'enseigne.

Après avoir rouvert le 21 avril 2020 son site de vente en ligne et la livraison à domicile, le groupe Intersport a également mis en place des drives sans contact. Les mesures barrière et les équipements les plus stricts ont été déployés afin de protéger les consommateurs et les équipes mobilisées pour préparer les commandes. Concrètement, les clients doivent passer leur commande sur le site de e-commerce et après réception d'un mail de confirmation, se rendre sur le parking de leur magasin puis le contacter par téléphone. La commande est alors déposée dans le coffre de leur véhicule. Près de 300 magasins Intersport offrent ce service. « Il fallait que toutes les dispositions soient prises pour assurer la sécurité des collaborateurs, les préparer, les former, recevoir le matériel, les masques, les gels,... C'est une adaptation du click & collect que nous proposions déjà et l'ensemble des magasins devrait l'adopter après le 11 mai », explique Guillaume Payen, directeur communication d'Intersport. « Cela fonctionne plutôt bien en zone urbaine et notamment en région parisienne, comme par exemple à Herblay, où les gens sont déjà habitués à ce mode de consommation ».

Sans surprise, le fitness et yoga sont sur le podium des commandes, mais également le vélo, pour les adultes et aussi pour les enfants. Le running est bien sûr en très bonne place dans les commandes. En textile celles-ci se portent principalement sur la marque de l'enseigne Pro Touch, et en chaussures, sur les grandes marques. « Le gens vont vers les marques qui les rassurent et pour lesquelles ils connaissent déjà leur pointure. Nous avons beaucoup plus de demandes qu'avant sur des conseils pour bien choisir son produit. Nous avons aussi prolongé de plusieurs semaines la durée des retours » poursuit Guillaume Payen, « le sport n'a jamais été aussi présent dans le quotidien des Français. Ils vont avoir besoin et envie de grands espaces, et s'ils doivent rester en France cet été, le marché de l'outdoor devrait pouvoir en bénéficier. Il devrait également y avoir un regain pour le vélo avec la perspective du déconfinement ».


Du côté des enseignes spécialisées, Endurance Shop a mis en place deux services pour ses clients. Le Drive Run Service permet au client de récupérer sa commande en toute sécurité devant le magasin. Pour le Home Run Service, l'esprit est plus proche de la « vente à domicile ». Le client appelle et peut être livré chez lui. Sur rendez-vous, le conseiller peut proposer quelques produits pouvant convenir au client, qui dans son cadre personnel peut prendre le temps de bien choisir. « Ce service est très apprécié et renforce le lien existant. C'est une solution que nous allons généraliser, même après la crise Covid », indique Antoine Furno, co-fondateur et directeur général d'Endurance Shop. Pour l'heure, les 45 points de vente Endurance Shop ne proposent pas tous ces services, qu'ils déploient s'ils le souhaitent. « Plébiscité par un public plus jeune, à la recherche de convivialité et d'une nouvelle manière d'acheter, le ‘shopping à la maison’ fait un tabac dans de nombreux domaines et le running ne fait pas exception. Les magasins dans un premier temps sceptiques ont finalement bien adhéré aux deux concepts et des résultats ont vraiment été constatés. Nous nous devions d'apporter des solutions à nos clients pour leurs achats running. Dans ce contexte délicat, il s'agissait aussi d'apporter un peu de business aux magasins », conclut Antoine Furno. Le drive s'est invité dans le sport en réponse à la crise et entend bien y rester après. /// MB