LOGO%20Outdoor%20Experts%20magPNG2_edite

Le magazine de l'économie des sports outdoor

THERMOLITE(R)_Active_Textile_Waste_Ad-FR-600x200.gif
  • Rédaction

La balise K-IP s’ouvre au marché de l’outdoor

Lancée l’hiver dernier auprès des professionnels de la montagne, la balise de géo-sécurisation K-IP va s’ouvrir en avril prochain à tous les pratiquants de sports outdoor.


Développée par la société Api-k, basée à Savoie-Technolac, cette petite balise de 88 grammes permet à son porteur d’être localisé avec une extrême précision, y compris dans les zones blanches non couvertes par les réseaux GSM. Elle offre aussi la possibilité d’un suivi en temps réel.


La balise utilise les ondes radio à bas débit des réseaux LoRa ou SigFox, qui permettent aux objets connectés de communiquer en extérieur comme à l’intérieur d’un bâtiment. Des essais menés avec les services de secours en montagne, ont ainsi permis de retrouver une balise au fond d’une crevasse ou sous six mètres de neige. Celle-ci peut en plus être reliée au réseau GSM via un smartphone. En cas de nécessité l’utilisateur peut alerter instantanément, grâce au bouton SOS, les personnes référencées. Celles-ci localisent immédiatement sa position et peuvent intervenir ou alerter les secours. De plus, en cas de défaillance physique (détection des chutes et chocs, pertes de verticalité, immobilité prolongée...) une alerte est automatiquement transmise aux personnes référencées. K-IP a une autonomie de plus 4 jours en activité et plus d’un mois en veille.

Les applications professionnelles sont nombreuses. Plusieurs sociétés de remontées mécanique (l’Alpe d’Huez, La Clusaz, Crans Montana...) ont ainsi équipé leurs techniciens et pisteurs. La solution K-IP intéresse aussi les organisateurs d’épreuves sportives outdoor, de type trails, VTT, raids, car elle permet une géolocalisation d’une grande précision en cas d’incident, mais aussi un suivi des coureurs et le chronométrage. Dans une zone totalement désertique il est même possible d’installer un réseau mobile LoRa le temps de l’épreuve. Dès ce printemps, la balise sera proposée au grand public et s’étendra au marché européen. D’autres services et abonnements seront déployés progressivement, comme la cartographie augmentée, des profils par activité, ou la réception satellite.//