Le magazine de l'économie des sports outdoor

David Giraud, Skishop : « Se recentrer sur la Haute Tarentaise »



Outdoor Experts : En juillet 2019, vous avez racheté avec Nicolas Jacquier 65 % des parts de la société Skishop, qui compte alors 45 magasins, au groupe d’Annie Famose.

Quel est le montage de l'opération ?


Une lettre d’intention a été signée avec Annie Famose le 24 décembre 2018 pour l’acquisition d’un bloc de participation majoritaire au sein de Skishop SAS, que nous dirigeons depuis presque dix ans, et la vente s’est conclue le 24 juillet dernier. Pour ce faire, nous avons créé, Nicolas Jacquier et moi-même, nos propres entités juridiques : Lhedo, me concernant, qui détient 39 % des parts et qui préside Skishop, et R779, pour Nicolas, propriétaire de 26 % avec la fonction de directeur général. Les 35 % restants demeurent dans le giron de SCT Sports (Ndlr, 12 magasins de sport à Avoriaz), filiale du groupe Annie Famose. Avec la possibilité, si on le souhaite, de monter au capital à plus ou moins longue échéance. Pour boucler cette opération (ndlr, le montant n’a pas été divulgué), nous avons eu recours à un pool bancaire constitué de cinq partenaires dont Bpifrance.


Quelle est votre stratégie de développement ?


Notre stratégie s’inscrit dans la continuité de ce que nous avons mis en place ces dernières années – pourquoi changer un business model qui fait ses preuves ? –, en partenariat avec Annie Famose. En 2019, Skishop affiche un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros avec 246 salariés et table sur un prévisionnel 2020 en croissance. Cet hiver, nous avons fait l’acquisition d’un magasin à Arc 1600, après la cession de 11 autres à Chamonix, Vallandry et aux 2 Alpes sur un an, portant à 39 le nombre de magasins, pour nous recentrer sur la haute Tarentaise. A fortiori dans les stations situées au-dessus de 1 800m d’altitude et équipées d’un important réseau d’enneigeurs. Nous entendons aussi asseoir notre image de spécialiste et cela notamment en équipant d’ici à trois ans l’ensemble des magasins en scanners 3D ScanFeet.


Vous êtes affilié Skiset et plus récemment
vous avez également pris l’enseigne Netski
dans cinq magasins. Quel est l’intérêt
pour Skishop d’avoir deux enseignes ?



Notre volonté est de capter toutes les clientèles. Si Skiset est une enseigne experte et leader sur son marché, Netski s’adresse à une clientèle connectée, axée sur le digital pour faciliter le parcours client depuis sa réservation jusqu’à son passage en magasin. C’est aussi l’opportunité pour nous adhérents d’aller chercher une clientèle que l’on ne touche pas avec Skiset (qui s’interdit de trop baisser les prix) et de suivre les niveaux de remise de nos concurrents les plus agressifs dans un secteur ultra concurrentiel. À une époque où le ski est réputé cher et compliqué, nous voulons faire simple et au bon prix. Il suffit au client de choisir un ski de l’année ou du matériel de l’année précédente. Le parc de matériel est rationnalisé autour de quelques marques seulement pour que tout soit encore plus facile et rapide (cf. le slogan « fast & easy »). À cela s’ajoute une kyrielle d’options que chaque magasin, en fonction de sa taille et des stations, peut activer ou pas. Nous proposons le fastpass pour éviter au client de faire la queue en magasin, la livraison à domicile et le gardiennage afin d’offrir à chaque client un service personnalisé et un accueil que l’on veut « mémorable ». Enfin, autre point fort de Netski, sa communauté hyper connectée, très active sur les réseaux sociaux pour partager du contenu et des expériences. /// Propos recueillis par Patricia Rey