Le magazine de l'économie des sports outdoor

Chamatex et Salomon montent une usine de chaussures en Ardèche

Le fabricant ardéchois de tissus techniques s’est rapproché de Salomon, Millet et Babolat, pour monter une usine de fabrication de chaussures en France.


La première pierre est posée pour la construction d’une usine hautement automatisée de chaussures de sport sur le site de Chamatex, à Ardoix, en Ardèche. Le démarrage de la production de l’Advanced Shoe Factory 4.0 (ASF 4.0) est prévu dès la mi-2021 avec une capacité de fabrication de 500 000 paires de chaussures par an. Le site représente un investissement de 10 millions €, financé en grande partie par Chamatex, avec le soutien d’Etoile ID, Bpifrance et Cuir Invest, organisme dédié à la filière cuir et à la chaussure, ainsi que la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le projet repose en grande partie sur Matryx, un concept de tige de chaussure tissée d’un seul tenant développé par Chamatex en collaboration avec Babolat et le Groupe Zebra en 2013, également utilisé par Millet et Salomon. « La quasi-totalité de notre production de Matryx est envoyée en Asie du Sud-Est où sont montées plus d’un million de paires de chaussures par an », explique Gilles Réguillon, pdg de Chamatex. C’est en 2018, qu’est envisagée la possibilité de rapatrier en France la fabrication de ces chaussures à tige textile en s’appuyant sur le savoir-faire technique de Salomon pour la chaussure et de Siemens pour l’automatisation. Siemens va plus précisément connecter les machines entre elles en mode internet des objets (IoT). L’automatisation et la robotisation des étapes de fabrication, à commencer par la tige, est l’élément essentiel qui permet de ramener la production en France. L’unité emploiera une cinquantaine de personnes. C’est la configuration de la première étape du projet, car le chef d’entreprise a déjà une suite en point de mire, notamment la fabrication des semelles, si possible, dit-il, en fabrication additive.

Le prix de vente sera sensiblement le même que celui proposé par les industriels asiatiques, mais l’unité 4.0 offrira des délais plus courts et une plus grande souplesse en matière de réassort, note Gilles Réguillon. Chamatex est présent sur trois principaux marchés, les tissus techniques, les tissus fonctionnels pour le sport et les tissus d’ameublement. L’entreprise emploie 140 personnes et devrait réaliser un CA de 30 M€ en 2020 (vs 25 M€ en 2019).

//S.Bramel