© 2018 Outdoor Experts

Mentions légales

Crédits photos : ©Haibike ©Crespeau Nissan Outdoor Games ©Aurélien Ducroz/Eric Gachet ©POWER BAR ©Millet/B.Delapierre 

June 17, 2019

Please reload

Posts Récents

Paris-Chamonix 2024

June 17, 2019

1/2
Please reload

Posts à l'affiche

Tout savoir sur FutureLight : la membrane de The North Face

March 14, 2019

Fabriquée selon une technique appelée électro-filage, la nouvelle nano-membrane de The North Face est réalisée dans une structure fibreuse qui privilégie la respirabilité.

 

 

En choisissant de présenter 
sa nano-membrane high-tech au CES, le salon des nouvelles technologies de Las
 Vegas, The North Face cherchait à accentuer le caractère 
novateur de son produit, concurrent du fameux Gore-Tex.Ce type de nano-membrane est encore peu présent dans
 les vêtements de sport, mais ce 
n’est pourtant pas sa première utilisation dans ce domaine. En 2010, Polartec exploitait la même technologie de
 membrane non-tissée, produite par un fabricant sud-coréen, dans un
 PowerShield Pro, devenu l’an
née d’après une famille à part entière commercialisée sous le nom Polartec NeoShell. Le fabricant tchèque de textiles techniques Nanomembrane propose également des laminés de ce type pour des vêtements outdoor. Alors, de quelle technologie s'agit-il ?

 

La technique de l’électro-filage

L’électro-filage, electrospinning en anglais, est un mode de fabrication d’étoffes non-tissées où l’électricité statique transforme un polymère liquide en fins filaments. Les filaments se déposent sur un tapis roulant, dont la vitesse détermine l’épaisseur du textile, procédé similaire aux ouates de garnissage synthétiques qui sont également des structures non-tissées.

 

Si elles sont peu présentes dans l’habillement, les membranes nano-filées sont très courantes dans la filtration industrielle, par exemple. Leur structure fibreuse les distingue des membranes imper-respirantes utilisées dans les vêtements, qui sont des films extrudés, de structure pleine (type Sympatex) ou microporeuse (type Gore-Tex).

 

La membrane FutureLight

La nouvelle membrane adoptée par The North Face - dont le fabricant serait selon nos sources sud-coréen - est composée de nanofilaments enchevêtrés (mesurant moins de 150 nm) formant une structure ouverte qui est 25% plus poreuse qu’une membrane microporeuse selon la marque américaine. Son principal avantage est d’avoir un haut niveau de respirabilité. Un laminé 2,5 couches atteint un RET de 0,89, soit une très faible résistance au passage de la vapeur d’eau.

 

The North Face précise que sa membrane est étanche au vent, mais n’a pas encore donné de mesure pour l’imperméabilité : elle présenterait une « résistance adéquate à la colonne d’eau » et aurait une « haute résistance oléophobe », se contente-t-elle d’indiquer. Un traitement déperlant et nanostructuré, « reproduisant la surface reliéfée de la feuille de lotus », est appliqué sur la membrane, le tissu extérieur et la doublure des laminés.

Jusqu’ici, l’imperméabilité n’était pas le point fort de ce type de technologie, et sa résistance mécanique peut être basse. Mais The North Face précise que le processus de fabrication permet d’adapter le degré d’imperméabilité, de respirabilité, d’élasticité et de résistance, à l’activité ciblée.

 

Testée en Himalaya

Cette membrane a été testée pendant deux ans par l’alpiniste américain Jim Morrison lors de ses expéditions en Himalaya (Everest, Cho Oyu, Lhotse). Un terrain d’expérimentation qui est aussi celui de l’alpiniste Zdenek Hák qui teste, pour sa part, une autre matière très proche développée par le fabricant tchèque Nanomembrane, spécialiste européen de l’électrofilage.

 

Comme The North Face, le fabricant tchèque met l’accent sur le caractère écologique de cette technologie qui utilise très peu de matière et dont le finissage déperlant est appliqué par un procédé sans eau. Résultat, l'entreprise Nanomembrane a été primée au dernier salon professionnel ISPO pour ses membranes nano-filées, dont un laminé 2 couches, également 25% plus respirant qu'une membrane microporeuse (RET de 0,89) mais moins imperméable (colonne 5000mm).

 

La membrane FutureLight sera utilisée dans les lignes les plus techniques de la marque américaine, Summit, Steep et Flight Series où elle fait son entrée pour l’automne-hiver 2019/20.

 

SB

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous