Le magazine de l'économie des sports outdoor

SNGM : pour un retour à une montagne authentique

Après une longue période d'incertitude quant à la reprises des activités outdoor, le Syndicat national des guides de montagne (SNGM) prend la parole, prônant une attitude responsable et proposant de redécouvrir la montagne autrement. Ci-dessous le communiqué dans son intégralité.



« Le gouvernement a annoncé la poursuite du confinement jusqu’au 11 mai et les modalités d’un déconfinement progressif. Cela donne au pays un nouvel horizon. Avec un premier point positif, l’autorisation de repratiquer des activités de plein air, dès le 11 mai.


Pour les guides et tous les professionnels du tourisme, particulièrement impactés par la situation, l’inquiétude et une grande impatience grandissent. La fermeture de toutes les remontées mécaniques et l’interdiction d’aller en montagne dès le 17 mars a fait perdre aux guides de montagne* environ 40 % de leur saison hivernale, les mois de mars-avril-mai étant une période d’activité intense avec la randonnée à ski, notamment sur les hautes routes.

Et déjà l’été se profile et pour beaucoup l’envie d’aller dehors, haut et loin... Compte-tenu de la fermeture de nombreuses frontières, « loin » ne sera sans doute pas encore possible et l’évasion pour les Français cette année, pourrait bien être du côté des falaises, des montagnes et des nombreux sommets de notre territoire.


• Des solutions adaptées

Les guides et les accompagnateurs en montagne développent activement diverses solutions pour une reprise, la plus rapide possible, des activités de montagne en général, et de l’activité professionnelle en particulier.

Le Syndicat national des guides de montagne (SNGM), notamment dans le cadre de la Coordination montagne (FFCAM, FFME, UCPA), multiplie les réunions avec les autorités concernées, afin de proposer une reprise d’activité raisonnée, respectant les normes sanitaires, la distanciation physique et les gestes barrière tout en impactant le moins possible l’environnement.

Le SNGM considère que l’ampleur de la crise, sanitaire, économique et sociale que le gouvernement doit gérer exclut une négociation classique basée sur un éventuel rapport de force. Il lui apparait nécessaire de se placer dans une attitude responsable de co-construction des solutions avec les autorités publiques plutôt que dans une attitude purement revendicative inaudible et inappropriée.

Un groupe de pilotage, en concertation avec les services de santé, s’est constitué au sein du SNGM afin de réfléchir à des propositions concrètes de reprise, qui tiennent compte de ces règles sanitaires (nombre de participants, mesures de distanciation, etc.) et soient en accord avec le cadre réglementaire qui ne cesse d’évoluer. Ces propositions ont été transmises aux élus et aux services de l’État lors de l’audition de la Commission Tourisme de l’Assemblée Nationale le 22 avril et au Ministère des Sports le 25 avril.

En parallèle, le SNGM échange avec les différents acteurs du tourisme en montagne (gardiens de refuge, FFCAM, remontées mécaniques, accompagnateurs...), les secours en montagne, les élus et les représentants de l’État, et ensemble ils réfléchissent à des solutions adaptées à la situation. En collaboration avec l’UIAGM, les guides des différents pays alpins dialoguent (tout particulièrement avec la Suisse et l’Autriche qui ont commencé le déconfinement), afin que chacun bénéficie des réflexions et expériences de leurs homologues voisins.


• Des périodes de transition pour une reprise pour tous les pratiquants

Parmi les propositions certaines missions d’intérêt général, comme l’entretien des sentiers, sont déjà mises en place dans certains départements ; d’autres sont encore à l’étude, comme avec le ministère de l’Éducation nationale, pour l’encadrement, dès la reprise de l’école, de sorties scolaires en petits groupes séparés qui pourraient se poursuivre durant la saison estivale auprès de jeunes défavorisés.

Le SNGM travaille autour des différentes étapes qui permettraient au plus grand nombre de reprendre les activités de montagne.

Dans un premier temps, les guides doivent eux-mêmes pouvoir retourner en montagne dès que possible, à la fois pour reprendre leur entraînement, base de leur métier de guide, mais aussi pour en connaître les dernières conditions (éboulements, enneigement, etc.), bases de la sécurité et de leur rôle essentiel et indispensable de sentinelles auprès du grand public.


Ils doivent aussi pouvoir participer aux inspections de sécurité et d’entretien des équipements des sites d’activités sportives ou réaliser des développements (parcours acrobatiques, sentiers, écoles d’escalade, via ferrata) afin que tout soit prêt à recevoir le public le moment venu.

Car en effet, il est crucial que dès le mois de juin, les professionnels de la montagne et tous les pratiquants puissent, tout en respectant toutes les règles sanitaires édictées, avoir de nouveau librement accès aux différentes activités de montagne. La montagne, son air pur et ses grands espaces naturels restent un allié indispensable pour la santé, l’équilibre et le bien-être de tous.


• La montagne cet été, un territoire refuge ?

La pratique de la montagne et de ses activités va devoir s’organiser différemment et cela pourrait être l’occasion d’un retour à l’essentiel. Les guides de montagne qui, par essence doivent sans cesse s’adapter aux conditions et savoir gérer les difficultés et les imprévus, vont devoir cet été ajuster leur pratique selon les contraintes qui seront imposées par la crise sanitaire.

Par exemple, s’il n’y a pas ou peu de remontées mécaniques, cela pourrait être de réapprendre à prendre le temps : le temps de faire un sommet en quatre jours au lieu de deux, de s’acclimater à l’altitude plus doucement, ou encore, si les refuges ne sont pas ouverts, le temps d’apprendre à monter et gérer des bivouacs et de découvrir des sommets moins courus et connus car plus éloignés... Il faudra aussi, sans doute, s’adapter au nombre plus restreint de clients par cordée, mais par là même favoriser les échanges et le partage.

Les guides de montagne sont des passeurs d’émotions, leur rôle et leur expérience en font des partenaires naturels pour accompagner le retour des citoyens vers une vie plus sereine en cette période difficile et inédite. Il s’agit pour eux de privilégier encore plus profondément ce rôle, en cette période difficile.


L’été 2020 pourrait être l’occasion pour tous de (re)découvrir la montagne, de vivre une nouvelle expérience d’immersion authentique, d’être ensemble là-haut.

Pour les professionnels de la montagne, une occasion de guider vers une autre manière de la découvrir, peut-être un peu « comme avant », avec encore plus de connexion et de respect de la nature. Se ressourcer, profiter de l’isolement et de la beauté des espaces sauvages, revivre en rêvant, faire des projets, et réaliser des sommets... Le guide accompagnera en douceur la reprise des activités sportives, progressivement, en pensant bien-être, développement personnel, pour les différents publics (enfants, familles, débutants...). Il pourra faire partager la richesse du patrimoine naturel français, sa diversité, l’histoire et les traditions des massifs...

Et pourquoi pas ensuite, choisir de garder ce cap, afin de poursuivre et enrichir les réflexions du SNGM autour d’un métier de guide en pleine mutation qui doit aussi faire face aux changements climatiques et sociétaux à venir. »


(*) Les guides ont pu bénéficier du fonds de solidarité.

©photos SNGM

© 2018 Outdoor Experts

Mentions légales

Crédits photos : ©Haibike ©Crespeau Nissan Outdoor Games ©Aurélien Ducroz/Eric Gachet ©POWER BAR ©Millet/B.Delapierre