Le magazine de l'économie des sports outdoor

Premier fil graphène chez Tecnofilati


Le groupe italien Abati annonce avoir réussi à créer le premier véritable fil de graphène. Spécialiste de fils high-tech en biocéramique, argent, cuivre ou encore carbone, le filateur a mis au point une méthode qui permet au graphène de recouvrir la surface d’un fil synthétique.


« La surface du filament est modifiée afin de créer une liaison chimique entre le graphène et le fil, le résultat est un filament conducteur de chaleur et d’électricité », explique Andrea Abati, dirigeant de l’entreprise fondée en 1995. Dans un premier temps, Abati propose un fil
en polyester haute ténacité avec graphène de 1230 dtex pour applications industrielles, notamment des courroies. Dans un second temps, l’industriel compte développer un fil plus fin, de 90 ou 100 dtex, pour utilisation dans le vêtement. « Nous avons mis au point la machine, mais nous devons la modifier pour traiter des fils plus fins », précise-t-il. Ce fil pourrait être utilisé pour réaliser des textiles connectés ou intelligents, et ainsi éviter les fils d’argent qui ont tendance à s’oxyder avec l’humidité. Outre la conductivité, ce fil de graphène pourrait offrir de multiples propriétés, dont la déperlance, l’isolation thermique
et la thermorégulation, une fonction antistatique et éventuellement une résistance aux bactéries et au feu. « La fonction de thermorégulation a été
testée sur des triathlètes et les résultats sont très intéressants car le vêtement permet de réduire les variations de température et favorise ainsi la performance », détaille le dirigeant, qui estime le graphène plus efficace que la fibre de carbone mais aussi plus coûteux. /// SB