LOGO%20Outdoor%20Experts%20magPNG2_edite

Le magazine de l'économie des sports outdoor

  • Rédaction

Bontaz se lance dans les moteurs pour vélos électriques


Concepteur et fabricant de systèmes électromécaniques pour le marché automobile, le groupe haut-savoyard Bontaz se diversifie dans le vélo à assistance électrique (VAE).


L’équipementier automobile annonce la création d’une start-up détenue en propre, qui sera basée dans la vallée de l’Arve, où est installé son siège. « Notre volonté est d’investir le marché en nous positionnant comme fabricant de systèmes moteurs (moteur, boîte de vitesse et logiciel) et de solutions de freinage, et non pas comme une marque de vélo », précise Christophe Bontaz, président du groupe éponyme.


Un investissement de 40 millions d'euros


L’investissement est conséquent : 40 millions d’euros seront engagés sur cinq ans. Ainsi 30 millions seront alloués au nouveau centre de R&D, implanté vraisemblablement en région Auvergne-Rhône-Alpes, qui comptera 50 personnes dès 2022. « Il intègrera des bancs d’essais et des machines de contrôle et d’assemblage, que nous concevrons… Le processus est le même que dans l’automobile », ajoute Christophe Bontaz, qui veut également recruter des experts du cycle pour insuffler cette culture mais aussi des spécialistes en informatique, digital et en électronique. Les 10 autres millions seront dédiés à l’outil industriel pour l’acquisition de lignes dédiées. Une usine de production et d’assemblage doit également voir le jour, mais pour l’heure rien n’a été défini « Nous réfléchissons toujours à un lieu d’implantation en France ou en Europe, pour être au plus prés de nos clients », concède Daniel Anghelone, directeur général de Bontaz. Avec l’objectif affiché de débuter la production début 2024.

Sur un marché en très forte progression en Europe, le groupe Bontaz prévoit de vendre 500 à 700 000 moteurs par an, en 2030. « Avec 5 à 7% des parts de marché (contre environ 60 % pour Bosch, le constructeur leader), nous nous classerons dans le top 5 européen », anticipe Daniel Anghelone.


// Patricia Rey