Le magazine de l'économie des sports outdoor

Le triathlon structure sa démarche éco-responsable


La Fédération de triathlon met l’accent sur sa politique éco-responsable. Au programme en 2020, le lancement d’un kit de l’organisateur, qui résume les bons gestes, propose des devis sur les achats groupés, fait un zoom sur la loi plastique... « Les 13 ligues ne comptent pas toutes un référent. Nous relançons l’action et sommes à l’écoute des initiatives. La mission veut recueillir ce qui existe pour le mettre en avant », explique Benedict Maret, à la tête de la mission éco-responsable. Celle-ci a vu son périmètre élargi aux questions de mixité, de genre mais aussi sociales. « Notre philosophie, c’est d’éveiller les consciences, détaille Benedict Maret. La performance compte, mais pas au point d’abîmer la planète. Dans le milieu du triathlon, épris de liberté, les interdictions ne passent pas. Il s’agit d’apporter des solutions. Arrêter la distribution de goodies en plastique du jour au lendemain constitue une contrainte économique forte pour les organisateurs ». En 2019, la mission a mené deux actions-phares : le calcul de l’empreinte carbone et la reforestation avec l’association Reforestaction, déclinables au niveau des clubs et des ligues. Certains sont très impliqués, comme le prouvent les récompenses du trophée Generali Sport Responsable ces dernières années. Des événements tels que les triathlons de la Baule, Royan, la Tri Sapin… se distinguent. La Fédération a par ailleurs décerné 222 labels Triathlon durable en 2019 à des organisateurs. Certaines ligues lancent des initiatives : nettoyage d’un plan d’eau naturel (Aquitaine), compétition sans gobelets jetables (Hauts-de-France), utilisation de dossards sans plastique (Pays de la Loire). ///MQ

#triathlon