Le magazine de l'économie des sports outdoor

Kitesurf : quand l’olympisme se mêle des délégations sportives


En janvier dernier, la Fédération française de vol libre (FFVL) a perdu la délégation du kitesurf, attribuée à la Fédération française de voile (FFV). La FFVL (délégataire pour le parapente et le delta) conserve toujours la délégation pour le kite sur terre et sur neige. Mais n'entend pas se laisser faire.

A l’origine de cette décision du ministère des Sports, le projet olympique Paris 2024 et l’organisation sportive internationale qui en découle. Car c’est la fédération internationale de voile World Sailing (ex-ISAF) qui est l’interlocuteur pour le kitesurf auprès du CIO, et son représentant national n’est autre que la FFVoile.

Cette décision met un terme à la guerre que se livraient les deux fédérations depuis que le kitesurf rêve d’un destin olympique. Au printemps 2012, il a même été question que le kite remplace le windsurf aux Jeux de Rio, avant que l’ISAF-World Sailing ne rétablisse in fine la planche à voile…

Il n’en reste pas moins que retirer une délégation à une fédération pour l’attribuer à une autre, est un fait plutôt rare dans le paysage sportif français. A fortiori quand la fédération lésée n’a pas failli à sa mission. Car c’est bien la FFVol Libre qui a développé et structuré les disciplines du kite sur terre comme sur l’eau. La FFVoile ne s’étant intéressée à la discipline que 15 ans plus tard, quand brillaient les anneaux olympiques. La FFVol Libre a décidé de présenter un recours devant le Conseil d’Etat contre la décision ministérielle. Que pèsera son travail face aux enjeux olympiques ?

> Lire l’article complet dans la Lettre Outdoor Experts de mai / sur abonnement. contact@outdoorexperts.fr

©photo FFVL

#glisse #magazine #kitesurf